AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
le forum ferme ses portes. pour en savoir plus, cliquez ici

Partagez | 
 

 (lean on me), valery.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
avatar
• messages : 65
• double-comptes : lenny, logan, mica.
• crédits : avatar par killer from a gang, signature par astra.
MessageSujet: (lean on me), valery.    Mar 30 Mai - 10:20

lean on me when you're not strong

La soirée ne s’était pas très bien passée. Même si Rose commençait à être habituée de son travail, même si ce dernier ne lui faisait plus trop peur, ça arrivait que ça ne se passait pas bien. Une accumulation de circonstances, sans nul doute, qui avait fait en sorte que ça avait été le chaos total au White Pearl en ce vendredi soir pluvieux. La température avait bien sûr fait en sorte que tout le monde se réfugiait à l’intérieur, cherchant refuge d’une pluie glaciale et abondante. La taverne avait donc été remplie à craquer. L’humidité était à son comble, et les humeurs étaient mauvaises. Tout le monde semblait impatient et de mauvaise humeur – même le sourire de Rose ne parvenait pas à calmer le jeu chez les habitués. Et rapidement, il y avait eu quelques batailles, rapidement, des querelles, et rapidement, Rose s’était sentie complètement démunie. Elle avait tenté de servir tout le monde avec rapidité et agilité, mais il lui semblait s’être levée du pied gauche et elle n’avait pas arrêté de renverser des verres ou de trébucher contre des bottes trop éloignées des tables. Toutes les employés avaient mis la main à la pâte pour cette grosse soirée – et finalement, lorsque Rose eut terminé son quart de travail, elle s’était écroulée dans son petit lit sans demander son reste. Toute habillée, toujours chaussée, elle avait dormi très longtemps, et même les rayons du soleil n’étaient pas parvenu à la réveiller. Il était donc presque dix heures quand elle avait finalement ouvert les yeux. Courbaturée, ce fut pénible pour elle de se redresser. Se posant devant son mirroir pour arranger sa chevelure emmêlée, Rose réalisa que son tablier et sa robe étaient tachés – de la nourriture, de la boisson, c’était un véritable désastre. Pas de doute, elle devrait faire un lavage. Soupirant doucement, elle se changea pour enfiler sa deuxième et seule autre robe pour ensuite se diriger vers l’extérieur. Là, elle commença un lavage, pour ensuite accrocher ses vêtements à sécher. Heureusement la pluie avait cessée et le soleil pourrait les sécher naturellement.

Rose se sentait complètement épuisée. Elle allait habituellement au marché pendant l’après-midi, mais cette fois elle n’en ressentait pas le courage. Plutôt, elle décida de rendre visite à son amie Valery, qui travaillait avec elle au White Pearl. Avec un peu de chance Valery ne serait pas occupée et elle pourrait discuter un peu avec la rousse. Elles avaient partagés le même genre de vie, avant que tout ne change – c’était un véritable baume pour Rose qui avait trouvé en la jeune femme une sincère amie, qui pouvait la comprendre comme personne d’autre. Autant que Rose appréciait la compagnie de Caitriona ou Mr DeWitt, il y avait une véritable connection entre elle et Valery – certainement causée par leurs origines semblables. Rose alla donc préparer deux tasses de thé, qu’elle apporta sur un petit plateau, et alla toquer à la porte de la chambre de son amie, espérant qu’elle y soit et qu’elle pourrait partager un peu son désarroi face à la soirée d’hier. « Valery ? C’est Rose » dit-elle à travers la porte. Un léger silence suivi, mais il y avait du bruit à l’intérieur. La jeune femme y était donc. « J’ai apporté du thé… » ajouta Rose avec une petite voix mélodieuse, espérant que ça saurait convaincre Valery de lui ouvrir la porte. Elle avait grand besoin d’un peu de compagnie – de parler un petit peu du passé, pour s’y replonger, pour oublier un peu le présent. Autant qu’elle était consciente qu’elle ne pourrait jamais retourner à sa vie d’avant, autant que ça lui faisait du bien de s’en rappeler. Peut-être était-ce la meilleure manière de bien s’ancrer dans le présent – de se rappeler d’où elle venait, pour mieux comprendre ce qu’elle voulait devenir.

_________________
perhaps one did not want to be loved so much as to be understood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(lean on me), valery.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mc Lean Matthews, Anne] La cave
» [Larbaud, Valery] Les Poésies de A.O. Barnabooth
» Le docteur Jivago . 1965 . David Lean .
» Le phare de Saint Valery en Caux + rajout couleur et N/B !
» Valery LARBAUD (1881-1957)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FUNERAL AT SEA.  :: white pearl-
Sauter vers: